14 juin 2019, les photos après la manif


Grève des femmes,
grève féministe,
les photos après la manif…

Lausanne, le 14 juin 2019
© photos, catherine lovey


IMG_0675.jpg
IMG_0644.jpg



Le taux de participation des femmes lors de la grève du 14 juin 2019 a été exceptionnel. Dans toutes les villes de Suisse, principales et secondaires. Nombre d’hommes se sont joints aux cortèges, en silence.
L’évènement a fait la Une dans le pays ainsi que dans les médias internationaux, New York Times y compris. Ces documents peuvent facilement être retrouvés sur le net, ainsi que les photos témoignant de l’ampleur de la mobilisation.

Pour ma part, après avoir participé au cortège de Lausanne, je me suis attachée à documenter visuellement quelques moments de l’immédiat après évènement, sur la Place de la Riponne, le lieu où se sont regroupé-e-s les manifestant-e-s après le défilé.

IMG_0639 2.jpg



Pour ceux qui ne sont pas familiers des spécificités helvétiques, ces précisions: Lausanne est la capitale du canton de Vaud, l’un des 26 cantons constituant la Confédération helvétique, à savoir la Suisse.
Vaud est le canton le plus grand et le plus peuplé de la partie francophone du pays. Il est le premier dans l’histoire helvétique à être gouverné par une nette majorité de femmes, depuis mars 2019. Celles-ci sont au nombre de 5 sur 7 membres composant l’organe exécutif. Ces femmes politiques ont clairement exprimé leur soutien à la grève nationale féministe du 14 juin, si bien que l’administration publique cantonale a autorisé ses fonctionnaires à débrayer.
La situation était loin d’être aussi favorable dans les autres cantons.


IMG_0667.jpg



À partir de maintenant, les femmes vivant en Suisse – et tous les hommes qui soutiennent leurs revendications – vont devoir se battre pied à pied pour que le pays se modernise enfin sur le plan social. Car la richesse helvétique fait écran à une arriération sociale (et mentale ) manifeste, qui pénalise avant tout les femmes. Le seul jour de congé accordé aux pères lors d’une naissance, pour ne prendre que cet exemple honteux, témoigne de la vision encore actuelle, eu égard aux besoins des familles. Un unique jour pour la paternité, équivalent au seul jour accordé pour un déménagement, dans un pays où une majorité des responsables politiques se sont une fois de plus montrés incapables, au lendemain même de la grève du 14 juin, de laisser tomber l’idée d’un congé paternité pour travailler enfin sur le concept – déjà adopté par nombre de pays européens – de congé parental. Relevons à cet égard à quel point l’emploi du mot congé est inapproprié dans un tel cas, n’importe quelle personne en charge quotidienne d’enfants pouvant en témoigner… C’est dire s’il est temps, sur le plan politique aussi, de parler enfin d’engagement parental.

Pour plus de précisions sonnantes et trébuchantes, c’est-à-dire économico-historiques sur la situation, cliquez et lire
La longue histoire de l’homme qui n’existait pas >

La suite des photos, sans commentaire,
avec des remerciements particuliers à toutes les jeunes femmes rencontrées sur la place de la Riponne après 21 heures, le 14 juin 2019, et qui n’avaient pas économisé leurs forces…


IMG_0648.jpg
IMG_0635 2.jpg
IMG_0642.jpg
IMG_0645 2.jpg
IMG_0649.jpg
IMG_0650.jpg
IMG_0652.jpg
IMG_0657.jpg
IMG_0634.jpg
IMG_0632 2.jpg
IMG_0636.jpg
IMG_0630.jpg
IMG_0646.jpg
IMG_0651.jpg
IMG_0659.jpg
IMG_0660.jpg
IMG_0668.jpg
IMG_0674.jpg
IMG_0678.jpg
IMG_0679.jpg
IMG_0681 2.jpg
IMG_0683.jpg
IMG_0686.jpg


JUSTE AVANT…

IMG_0627.jpg
IMG_0623.jpg
IMG_0601.jpg
IMG_0594.jpg